. Association Sénégalaise de lutte contre la Drépanocytose (ASD) | Atelier Drépano

L’Association Sénégalaise de lutte contre la Drépanocytose (ASD) est basée au Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS). Elle porte à sa tête un président, une secrétaire générale, un trésorier avec un comité directeur composé par les présidents des commissions (Organisation, Communication, Finance, et Sociale). L’Association Sénégalaise de lutte contre la Drépanocytose est une organisation apolitique dont les ressources financières reposent essentiellement sur ses membres.

L’ASD a pour objectifs :

  • d’informer et de sensibiliser les populations sur la maladie,
  • d’éduquer les malades,
  • de faire des plaidoyers au niveau de toutes les autorités,
  • de nouer des partenariats avec les organismes nationaux et internationaux,
  • de collecter des fonds pour mener des activités de dépistage et de sensibilisation mais aussi pour la prise en charge des malades,
  • d’installer et d’organiser des cellules de l’Association dans les régions.

Pour atteindre ses objectifs un plan d’action est proposé chaque année afin de définir les priorités, c’est pourquoi l’Association Sénégalaise de lutte contre la Drépanocytose s’est fixée comme  objectifs permanents l’information et la sensibilisation qui constituent un maillon essentiel et efficace pour combattre cette maladie.

Ces objectifs considérés comme prioritaires ont permis à l’ASD de passer du nombre de 50 adhérents en 2003 à 3226 adhérents résidents à Dakar et ses banlieues sans compter 300 adhérents de la région de Ziguinchor, 250 de Thiès, 430 de Louga, 100 de Kaolack, 285 de Saint  Louis et 80 de la région de Sédhiou.

Il faut noter que  ces chiffres sont basés sur la vente de cartes de membres disponibles en région et constituent par ailleurs la principale source de collectes de fonds en plus des cotisations.

Dans le cadre de ses activités nous pouvons noter plusieurs participations dans les différents congrès au niveau international  tels que : Benin 2003, Congo Brazzaville 2005, Brésil 2009 et l’organisation du  premier congrès sur la drépanocytose au Sénégal en 2006.

Dans le souci d’atteindre nos objectifs,  nous avons jugé de toujours continuer la lutte qui tourne principalement au tour de deux axes essentiels que sont: l’information, l’orientation, et la sensibilisation.

Ces axes constituent le noyau même de toutes formes de lutte contre les maladies notamment celles qu’on appelle héréditaires ou chroniques. Ainsi l’association a pu faire des séances d’informations, d’orientations et de sensibilisations dans :

  •     32 centres de santé ;
  •     13 districts de santé ;
  •     4 centres pour adolescents ;
  •     11 gares routières ;
  •     8 centres de formation.

Ces mêmes séances ont été déroulées dans 09 régions sur les 14 que compte le pays. Un bureau d’orientation et de conseil pour les drépanocytaires  a été créé au Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) où plus de 2000 drépanocytaires adultes sont suivis.

02 cellules universitaires et 08 cellules régionales sont mises en place dans le souci de faciliter l’accès à l’information.

Depuis 2011  la priorité a été porté  sur le milieu scolaire et nous avons mené des activités de sensibilisation et de dépistage dans 31 établissements scolaires à travers le Sénégal dont 10 Lycées, 3 Daaras, 6 Ecoles Primaires, 4  Collèges et CEM, 4 Centres de Formation, 4 Universités. Mais aussi ces mêmes activités ont été déroulées dans d’autres sites sans cibles fixées.

Au total 7036 personnes ont été dépistées dont 753 positifs au test d’Emmel soit un taux de 11 %.

Toutes ces activités dans le milieu scolaire ont été mise en œuvre grâce à l’appui de Mme Viviane Wade avec sa fondation EDUCATION-SANTE mais aussi l’ASD dans le souci de pérenniser ses activités et d’atteindre ses objectifs, un partenariat a été noué avec DREPAVIE qui est une association française de lutte contre la drépanocytose basée à Strasbourg.

Malgré des mois de campagne,  il reste encore des zones où l’équipe n’a pas pu se rendre. Avec le ministère de la Santé et de la prévention, les centres de santé et dispensaires surtout de la banlieue vont bénéficier des séances de sensibilisation. Au niveau décentralisé, les nouvelles régions que sont Matam, kédougou, Kaffrine, Sédhiou, etc… verront des cellules de lutte contre la drépanocytose installées.

Des séances de sensibilisation seront aussi animées auprès des parents et accompagnants de malades hospitalisés ou qui viennent en consultation au niveau des hôpitaux (Albert Royer, etc…).